AVIS DE CONSULTATION PUBLIQUE – Donnez votre avis

projet renosaumUne consultation publique concernant le « Projet d’arrêté encadrant la pêche de loisirs du saumon atlantique sur les cours d’eau du COGEPOMI (Comité de Gestion des Poissons Migrateurs) des cours d’eau bretons pour la période 2023-2027 » a été lancée pour la future réglementation de la pêche du saumon en Bretagne.

Intéressé-e-s ?

N’hésitez pas à aller sur le lien indiqué. Le document produit par la Fédération est aussi à votre disposition. Merci d’avance pour votre participation

Lien vers la consultation publique :

https://www.bretagne.developpement-durable.gouv.fr/consultation-sur-le-projet-d-arrete-encadrant-la-a5142.html

 

Lien vers le document réalisé par la Fédération :

Contribution RENAUSAUM

 

Regrettons que nombre de propositions de la commission migrateurs, mise en place par la fédération, n’aient pas été prises en compte comme chacun pourra le constater à la lecture des documents joints. Affaire à suivre donc!

QUID DE LA MIGRATION ESTIVALE DES CASTILLONS ?

Castillon en activité

Castillon en activité  –  Photo Renaud Layadi

 

Après une faible migration de saumon de printemps (moins de 60 poissons à ce jour) les conditions ne sont pas au top pour favoriser la montée estivale des castillons.

Avec  230 poissons c’est un peu mieux qu’en 2021 qui fut une triste année pour les « 1 hiver de mer » (1HM). Les débits faibles – malgré le soutien d’étiage salutaire du lac du Drennec qui maintient des conditions de pêche correctes pour la truite –  et les successions de journées chaudes la situation n’est pas optimale, loin s’en faut,  pour cette migration estivale 2022.

Espérons que la migration 2022 ne soit pas encore en deçà de celle déjà en berne de 2021. (317 poissons )

Seule bonne nouvelle,   2022, depuis plus de 10 ans, sera la meilleure année pour la migration des aloses  (+ de 220 poissons, sans compter la population installée en aval de la station de Kerhamon).

Les débits s’abaissent partout, particulièrement sur les affluents torrentueux de la rive gauche et il faut espérer qu’août ne soit pas caniculaire et que nous pourrons bénéficier de quelques pluies pour limiter « les dégâts » car nous pourrions alors assister à l’assèchement du petit chevelu avec des conséquences lourdes pour les populations piscicoles.

A suivre et en attendant croisons les doigts !