Rapport d’activité 2021 en ligne

Les adhérents et sympathisants de l’AAPPMA de l’Elorn peuvent prendre connaissance des activités de l’association pour l’année 2021.

Pour en savoir plus, voir chapitre pdf « Rapports d’activités » dans la colonne latérale gauche ou ci-dessous

Bonne lecture !

QUID DE LA MIGRATION ESTIVALE DES CASTILLONS ?

Castillon en activité

Castillon en activité  –  Photo Renaud Layadi

 

Après une faible migration de saumon de printemps (moins de 60 poissons à ce jour) les conditions ne sont pas au top pour favoriser la montée estivale des castillons.

Avec  230 poissons c’est un peu mieux qu’en 2021 qui fut une triste année pour les « 1 hiver de mer » (1HM). Les débits faibles – malgré le soutien d’étiage salutaire du lac du Drennec qui maintient des conditions de pêche correctes pour la truite –  et les successions de journées chaudes la situation n’est pas optimale, loin s’en faut,  pour cette migration estivale 2022.

Espérons que la migration 2022 ne soit pas encore en deçà de celle déjà en berne de 2021. (317 poissons )

Seule bonne nouvelle,   2022, depuis plus de 10 ans, sera la meilleure année pour la migration des aloses  (+ de 220 poissons, sans compter la population installée en aval de la station de Kerhamon).

Les débits s’abaissent partout, particulièrement sur les affluents torrentueux de la rive gauche et il faut espérer qu’août ne soit pas caniculaire et que nous pourrons bénéficier de quelques pluies pour limiter « les dégâts » car nous pourrions alors assister à l’assèchement du petit chevelu avec des conséquences lourdes pour les populations piscicoles.

A suivre et en attendant croisons les doigts !

L’INCENDIE DANS LES MONTS D’ARREE

Le Tuchenn Kador ©AAPPMA de l’Elorn

©AAPPMA de l’Elorn

pour compléter la lecture, lien vers article du Télégramme

Le feu a parcouru une surface de plus de 1 700 hectares dans les Monts
d’Arrée dont les zones de tourbières aux sources de l’Elorn au pied du
Tuchenn Gador.

A première vue, pour l’instant pas de mortalités piscicoles constatées
sur le Haut Elorn en amont du lac  où le débit est déjà très faible. Il
convient toutefois d’être vigilant car en cas de pluies fortes, les
cendres pourraient rejoindre la rivière comme celà a déjà été le cas par
le passé avec des conséquences directes sur le milieu aquatique et la
faune piscicole; A l’inverse des pluies modérées et  un temps humide et
frais peuvent favoriser « un revégétalisation rapide ». Les incendies dans
les Monts d’Arrée ce n’est en effet pas une première !

Plus préoccupant  :  la baisse des débits sur toutes les rivières du
département. L’Elorn qui bénéficie de la réserve du Drennec sera selon
tout vraisemblance largement sollicitée en particulier pour des
transferts d’eau via la Bas Léon, vu la situation sur l’Aber Wrac’h.
Quid du pompage de Goas Moal via le Haut Léon ?

Cette situation doit amener tous les partenaires, en charge de la
politique de  l’eau, à promouvoir une véritable politique d’économie de
la ressource pour les années et décennies à venir car l’    Elorn, sauf
à sacrifier la rivière, n’a pas pour vocation à devenir la vache à eau
du département.

Dans les jours à venir, Les débits réservés à l’aval de Pont ar Bled
seront donc inévitablement « revus à la baisse » comme les dispositions
règlementaires le permettent… ce qui risque d’avoir un impact en aval
du point de pompage, surtout si la sécheresse devait perdurer, ce qui 
semble inévitable car nous ne sommes encore qu’en juillet.

Sans changement de temps radical et durable,  la fin de la saison
estivale, voir la saison automnale, risque bien d’être à haut risque
d’autant que la moindre pollution aura dans ces conditions, de graves
conséquences.

Ce nouvel épisode doit nous rappeler que les effets du changement
climatique sont déjà à l’oeuvre et ne feront que s’accentuer ce qui
exige une politique forte de préservation de la qualité (et de la
quantité) des eaux. Hélas,  rien n’indique, bien au contraire, que l’on
s’oriente dans cette direction : l’artificialisation du bassin versant
de L’ELORN se poursuit ainsi que  l’intensification du modèle agricole
(voir entre autre le développement de la méthanisation).

Conférence 3 : Le changement climatique : Quels impacts sur la biodiversité aquatique ?

Fondée en 1985, la Maison de la Rivière et de la Biodiversité de Sizun (MRB) met depuis lors son expertise et son énergie au service de l’éducation à l’environnement. En 2022, la MRB poursuit son indéfectible engagement de transmission et de « porter à connaissance » en cohérence avec les défis environnementaux contemporains.

La Maison de la Rivière et de la Biodiversité propose donc un cycle itinérant de conférences grand public intitulé : « Le changement climatique et ses conséquences sur les milieux aquatiques : Quel avenir pour le Massif Armoricain ? »

Cette série d’évènements a pour objectif principal de mettre à la portée du grand public les conclusions retentissantes du dernier rapport du GIEC, dont chaque citoyen a inévitablement entendu parler sans pour autant avoir eu accès aux clés de compréhension ou de lecture.

Faisant intervenir des experts, scientifiques et climatologues reconnus en la matière, ces conférences donnent les éléments clés pour comprendre le changement global à l’œuvre, son rôle dans la crise écologique ainsi que ses effets sur les écosystèmes d’eau douce particulièrement exposés.

Le cycle de conférences proposé s’organise autour de 4 dates telles que :

  • Conférence 1 : « Le climat, qu’est-ce que c’est ? » – 28/01/22 – salle St-Ildut à Sizun – à partir de 18H00 – gratuit ;
  • Conférence 2 : « Quelles projections climatiques pour le massif armoricain ? » – 29/04/22 – Ti Menez Are à Brasparts – à partir de 18H00 – gratuit ;
  • Conférence 3 : « Le changement climatique : Quels impacts sur la biodiversité aquatique ? » – 08/07/22 – salle de l’Arvest – à partir de 18H00 – gratuit ;
  • Conférence 4 : « Le changement climatique : Quels impacts sur l’eau douce ? » – 28/10/22 – Carhaix-Plouguer – salle du Karaez Park – à partir de 18H00 – gratuit.

Pour chacune d’elles une attention toute particulière est apportée au fait d’expliquer les effets locaux de ces phénomènes globaux. Ces conférences sont centrées sur le Massif Armoricain et mettent l’accent sur l’existence de solutions réalistes et concrètes permettant de faire face à la crise climato-écologique à l’œuvre.

Les données de connaissance scientifique relevant du bien commun et parce qu’il est plus que jamais essentiel de garantir au plus grand nombre l’accès à ces connaissances, la MRB propose un évènement gratuit et ouvert à tous.

Lors de la conférence du 08 juillet, le public pourra apprécier les interventions de :

  • Pierre Tandeo (enseignant-chercheur à l’IMT Atlantique de Brest et administrateur de la MRB) ;
  • Christophe Piscart (Directeur de Recherche CNRS au laboratoire ECOBIO de l’Université de Rennes 1) ;

… qui mettront à la portée de chacun des cas concrets d’impacts du dérèglement climatique sur la biodiversité associée aux milieux aquatiques.

Cette soirée de conférence offre également une soirée de concert (Soïg Sibéril) et d’exposition (Rémi Masson photos subaquatiques) permettant au public, toujours au contact de nos experts, de s’approprier les enjeux associés aux milieux aquatiques par une entrée d’ordre plus sensible.

Rendez-vous à la salle de l’Arvest, à partir de 18H00, gratuit (l’apéritif est également offert).

Pour de plus amples informations, contactez Bertrand LOHEAC ou Pierre TANDEO au 02 98 68 86 33. Site internet : https://maison-de-la-riviere.com.

 

 

Conférence 3 : Le changement climatique : Quels impacts sur la biodiversité aquatique ?

En perspective des rapports du GIEC*, les travaux de l’IPBES** objectivent clairement l’effondrement du vivant en tant qu’urgence absolue de la crise écologique. Lors de cette conférence, les impacts du changement climatique sur la biodiversité mondiale et locale sont appréhendés au travers d’un focus sur l’état de fonctionnalité des écosystèmes aquatiques. Cette conférence sensibilise le grand public à la notion de « services écosystémiques », qui désigne l’ensemble des biens et services, matériels ou immatériels produits par l’écosystème au bénéfice de nos sociétés humaines. L’adaptation réussie aux changements climatiques que nous allons traverser dépend de la conservation et la restauration des écosystèmes.

*GIEC : Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat

**IPBES : Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

CHANTIER DU SAMEDI 25 JUIN SUR LA FLECHE

Pas moins de 41 bénévoles ce sont réunis ce samedi 25 juin au matin, repartis en six équipes les courageux bénévoles ont réussi à venir à bout de ce chantier délicat…

Au programme de cette opération ; enlèvement d’embâcles, consolidation de la berge, nettoyage complet d’une berge tout en maintenant des abris naturels, il y en avait pour tout le monde.

Un grand merci à nos bénévoles, a ceux de l’AAPPMA des Abers pour leurs travails ainsi qu’à la presse et aux élus de la vallée de s’être déplacés.

Une superbe opération.

 

 

CHANTIER SUR LA FLECHE SAMEDI 25 JUIN

Le chantier d’été se déroulera cette année sur la FLECHE, samedi 25 juin, Fléchage à partir du bourg de ST DERRIEN (voir plan ci contre).

Rendez vous à 9 HOO  au lieu PENMARCH, l’opération prendra fin à 12 H 3O.

Le parcours à remettre en état est divisé en plusieurs tronçons de l’aval de PENMARCH au moulin de LANSOLOT. Chaque équipe  sera encadrée par 2 tronçonneurs.

Objectif  mobiliser 25 à 3O participants.

 

 

 

 

SALMO-Skol : (gratuit dans la limite des places disponibles – inscription obligatoire)

Du 27 juin au 1er juillet 2022, La Maison de la Rivière et de la Biodiversité organise et accueille la première édition de son école d’été. Intitulée SALMO-Skol et initialement développée pour être à destination des étudiants en Master et Doctorat, cette formation « les pieds dans le l’eau », est également ouverte à tous que vous soyez impliqués dans la gestion des milieux naturels ou simplement passionnés et soucieux de la préservation de nos joyaux aquatiques. Au travers du modèle biologique emblématique et intégrateur qu’est le saumon atlantique, cette école d’été aura pour but de sensibiliser tant aux enjeux des fleuves côtiers bretons et des pressions anthropiques qui s’imposent à eux qu’aux changements globaux à l’œuvre et à l’adaptation des espèces aquatiques face au forçage climatique.

Conférence 3 : Le changement climatique : Quels impacts sur la biodiversité aquatique ?

08/07/22 Salle Arvest de Pleyben à partir de 18H00 (gratuit).

En perspective des rapports du GIEC*, les travaux de l’IPBES** objectivent clairement l’effondrement du vivant en tant qu’urgence absolue de la crise écologique. Lors de cette conférence, les impacts du changement climatique sur la biodiversité mondiale et locale sont appréhendés au travers d’un focus sur l’état de fonctionnalité des écosystèmes aquatiques. Cette conférence sensibilise le grand public à la notion de « services écosystémiques « , qui désigne l’ensemble des biens et services, matériels ou immatériels produits par l’écosystème au bénéfice de nos sociétés humaines. L’adaptation réussie aux changements climatiques que nous allons traverser dépend de la conservation et la restauration des écosystèmes.

*GIEC : Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

**IPBES : Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques.

 

Alerte rouge sur la FLECHE » UNE NOUVELLE POLLUTION LE 20 MAI 2022 ! A QUAND LA PROCHAINE ?

 6 avril 2017 déversement d’excréments de porc, 
30 aout 2018 déversement d’excréments de porc, 
25 juin 2019 déversement de jus de méthanisation, 
16 juillet 2021 déversement de jus de méthanisation, 
23 décembre 2021 rupture de canalisation en PVC amenant des matières fécales animales à une usine de méthanisation, 
20 mai 2022 déversement d’excréments de porc. 
 
En seulement 5 ans les 10 km de cours supérieur de la Flèche ont subi pas moins de 6 pollutions issues des installations agroindustrielles. Sur les 6 installations agroindustrielles, 4 ont pollué au moins une fois la rivière, jusqu’à 3 fois en deux ans et demi pour l’usine de méthanisation.. Ce sont autant mortalités massives de poissons, une altération la vie aquatique et un affaiblissement des défenses naturelles de la rivière. 
A un tel niveau de fréquence on ne peut plus parler d’accident mais bien d’incompétence crasse ou pire de négligence généralisée de la part d’une activité qui considère la rivière comme un égout. 
 
Peu importent les impacts pour la pisciculture située à l’aval, peu importe la santé les populations locales qui se livrent à la pêche à pied dans l’estuaire en partie classé insalubre.  
 
Chaque pollution est une offense à la fois à l’environnement, à l’économie locale mais aussi à la santé des habitants. 
 
Comme à chaque fois notre association se portera partie civile. Elle se félicite que le préfet de Finistère ait décidé, sur demande du Syndicat des Eaux du Bas-Léon, une campagne de vérification de l’état des installations agro-industrielles. 
 
Elle se réserve néanmoins le droit de mobiliser la population locale et d’intensifier les campagnes de surveillance des 16 installations agroindustrielles recensées sur le bassin-versant. 
 
La question qui se pose désormais est celle de la valeur que nous donnons à cette rivière et aux conditions de vie des habitants de cette partie du Léon.
 
Face à ce jeu de massacre les défenseurs de la rivière ne baisseront pas les bras. Le samedi 25 juin un chantier d’entretien de la rivière se tiendra en amont de LANSOLOT. Toutes précisions seront apportées sur cette opération dans les semaines à venir. Soyez nombreux !

BOCAGE EN DANGER

 

Malgré le programme     Breizh Bocage, l’arasement des talus se poursuit avec  les conséquences connues de  depuis des décennies ; érosion des sols, atteinte à la biodiversité, mutilation des paysages…

Le bocage est en danger de mort dans notre région car dans les 1O ans à venir la moitié des agriculteurs vont quitter la terre avec le risque d’une poursuite éffrenée de la concentration des exploitations et de l’agrandissement des parcelles DONC DE LA MORT DES TALUS ET DES HAIES!

Défenseurs des talus des 4 coins de la Bretagne Mobilisons nous :  RENDEZ VOUS A SPEZET samedi 4 juin.

 

 

 

Samedi 4 juin de 11h à 19h à la Chapelle du Krann de Spézet

A Spézet, on aime les talus… Et ailleurs aussi… On aime les talus, on cherche à les comprendre, on veut les protéger, et faire qu’il s’en érige de nouveaux, aussi bien faits que ceux de nos anciens…

~Pik-Nik festif et citoyen
~Prises de paroles. Expositions. Projections.
~Stands : eau et rivières. LPO. Flora Armorica, Librairie buissonnière, Skol ar c’hleuzioù, stand info bocage. etc…
~Participation de collectifs du Kreiz Breizh
~Animations : jeux pour enfants. concours de chants. dessins. poésie.
~Randonnée guidée
~Animation par R.K.B (Radio Kreiz Breizh)
~Concerts. Fest deiz : invités surprises !

Entrée gratuite – Buvette – Crêpes

Mercredi 1er juin : Le grand bleu Carhaix : Projection « La Magie des Haies »

Contact : kleuziou.speied@kmel.bzh

Organisation : Collectifs Kleuziou de Spézet. Callac. St Mayeux… Association de randonnées. Ar Gaouenn C’hlaz penn kazh

PORTES OUVERTES A KERHAMON

La trappe de comptage  de Kerhamon, implantée sur la commune de PLOUEDERN, en amont immédiat de la ville de LANDERNEAU a été mise en place en 198I. Ce dispositif, un des premiers installé en France, fonctionnait à l’origine  de manière manuelle.

Depuis avril 2OO7,  le comptage des poissons s’effectue grâce à une caméra vidéo à déclenchement automatique qui permet d’éviter la manipulation des poissons.

Venez découvrir les  objectifs, les moyens et les résultats de la station de comptage de KERHAMON.

Techniciens et bénévoles de l’AAPPMA vous accueilleront le 21 mai 2022  de 10h00 à 17h00.

Cette journée portes ouvertes organisée dans le cadre de la journée internationale des poissons migrateurs.