MONTAISON SAUMON : UN PEU MIEUX !

Comme chaque année, la montaison printanière s’intensifie en avril pour atteindre généralement son pic courant mai. Jusqu’à présent (voir news précédentes) c’était très mou sur l’ELORN. La migration reprend enfin quelques couleurs en cette fin avril et nous devrions dépasser la barre des 5O poissons  et rejoindre  ainsi –  à dates égales – les moyennes annuelles des saisons passées.

De tels chiffres n’ont évidemment rien de glorieux car même si nos prévisions pessimistes du début saison seront vraisemblablement à revoir à la hausse (franchissement de la barre des IOO poissons courant mai/fin mai)  un tel niveau de population pour une rivière de la taille de l’ELORN ne permet pas de considérer que la situation du saumon s’améliore franchement. Les nouvelles d’autres régions européennes, y compris dans les ILES BRITANNIQUES  ne sont guère enthousiasmantes.

Côté captures sur l’ELORN / 3 déclarations ont été relevées au cours de la semaine passée. Le pourcentage des déclarations confirme une nouvelle fois que les tricheurs continuent donc  à sévir.

Nous ne manquerons pas de revenir  sur le sujet mais également sur l’efficacité du  gardiennage et  des prélèvements en estuaire.

 

Saumon femelle de 83 cm 

La journée portes ouvertes organisée dimanche dernier sur le site de la station de Kerhamon a connu un certain succès malgré la tenue du carnaval à LANDERNEAU. Une expérience à renouveler.

 

POLLUTION DU JET : RE !

Le Jet, géré par l’AAPPMA de QUIMPER a été victime d’une pollution… au lisier (encore une !) voici quelques jours anéantissant –  selon les infos que nous avons obtenues plus  de IO kms de rivière (voir site EAU ET RIVIERES DE BRETAGNE pour plus d’info) –   Une partie du JET et d’un affluent ont été massacrés par un important rejet issu d’un gros élevage porcin… lequel c’était déjà fait remarqué en février 2O12. Rebelote donc !

Bien entendu les médias titrent sur la pisciculture industrielle anéanti par le flot de lisier.  La faune sauvage, les truites, les chabots, les saumons  « çà n’existe pas » !

Bien entendu « on » titre comme à l’habitude  sur la « faute à pas de chance » en plaidant  la pollution accidentelle !

Raz le bol de ces pollutions à répétition qui chaque année détruisent des dizaines de kilomètres de cours d’eau en BRETAGNE, le plus souvent issues d’établissements « modernes » équipés de système d’épuration.

La triste réalité c’est bien que tous ces élevages sont de véritables bombes à retardement et que ce « modèle » agricole ne laisse aucune chance à nos rivières. Plus grave, ces rejets passent le plus souvent à côté de l’écran radar du suivi de la qualité des eaux. En effet, à l’heure des bilans la qualité des eaux s’améliore dans notre département ! Avant le flot polluant l’eau est de bonne qualité, après aussi. Conclusion officielle : la qualité des eaux s’améliore en Bretagne sauf que … ilk n’y a plus rien de vivant sur des kilomètres  de cours d’eau.

Plusieurs associations ont porté plainte, espérons que les collectivités concernées auront le courage d’intervenir en ce sens.

Espérons également que tout sera mis en œuvre pour évaluer les dégâts selon la formule KRUGLER (et non l’ancienne formule LEGER qui a vécu)  qui a le mérite de donner une véritable valeur aux dégâts écologiques occasionnés par les pollueurs,  seule voie pour amener les décideurs et plus encore les compagnies d’assurance  à prendre véritablement en compte la destruction de nos rivières et des milieux aquatiques.

 

22 AVRIL ; PORTES OUVERTES A LA STATION DE KERHAMON

35O manifestations à travers 25 pays auront lieu au cours du week end prochain en faveur de la libre circulation des poissons migrateurs. Pour plus de renseignements voir site BRETAGNE GRANDS MIGRATEURS, chapitre actualités « JOURNEE MONDIALE EN FAVEUR DE LA LIBRE CIRCULATION DES POISSONS MIGRATEURS – WORLD FISH MIGRATION DAY ».

Ouverture du site de KERHAMON sur l’ELORN dimanche 22 avril de IO H à 19 H afin d’expliquer au grand public le fonctionnement de l’outil ainsi que ses objectifs.

Animations autour de la rivière la veille, samedi 21 avril à la MAISON DE LA RIVIERE DE SIZUN.

Venez nombreux !

Saumon  Kerhamon Avril 2018 (credits photo Francois Moalic )

* à noter la blessure sur le flanc droit… trace de filets ?

 

UNE REUNION PEU SUIVIE

 La réunion « Lac du Drennec » destinée à présenter l’état des lieux de la population de truites fario, de proposer des pistes de travail pour améliorer la situation et d’arrêter une nouvelle réglementation pour 2O19 a été peu suivie. Une vingtaine de participants seulement se sont retrouvés le 6 avril à la Maison de la rivière à SIZUN.

En matière de réglementation peu de modification , la mesure la plus importante porte sur la généralisation du NO KILL pour la truite fario, quelque soit le mode de pêche pratiqué. Le quota journalier reste inchangé à savoir 3 arcs par pêcheur dont une seule de plus de 5O cm.

Rappel ; retour obligatoire du carnet de captures en fin de saison.

De multiples actions sont prévues sur le terrain, le renforcement du gardiennage,  l’entretien des cours d’eau amont, l’amélioration de la libre circulation des poissons, la demande de mise en place d’un programme de suivi des populations sur le HAUT ELORN et le MOUGAU en lien avec l’AFB, etc…

 Le détail du programme figure dans l’important rapport réalisé sur la période 2O16 – 2O17 par l’AAPPMA, mis  en ligne sur le site, en pdf,  que tout pêcheur intéressé peut  consulter.

L’organisation d’un meilleur accueil pêche sur le lac est également au programme, en lien avec les partenaires concernés (communes, syndicat de bassin, etc…)

 

REUNION « LAC DU DRENNEC »

Nous rappelons à nos sociétaires, adeptes du lac du Drennec, qu’une réunion se tient vendredi soir 6 avril à la MAISON DE LA RIVIERE à SIZUN, à 2O H 3O.

A l’ordre du jour ;

+ présentation du rapport réalisé en 2O16 – 2O17 par un groupe de travail du Conseil d’administration de l’AAPPMA sur l’avenir de la truite fario

+ perspectives d’actions et modifications de la réglementation pour 2O19.

Venez nombreux (ne peuvent voter que les titulaires d’un permis à l’année).

 

SAUMON DE PRINTEMPS 2O18 : C’EST PAS TOP ! FARIO : C’EST TROP !

A ce jour sur l’ELORN malgré des conditions de pêche exceptionnelles / 3 captures à notre connaissance ! Tristesse et désolation.

 La mauvaise montaison printanière 2O18 se confirme hélas, sauf à connaître un retard de migration ce qui parait peu probable. En cette fin mars, c’est la plus mauvaise remontée jamais enregistrée depuis la mise en service de la trappe de KERHAMON (avril 2OO7).

Les échos sur les autres rivières, à l’exception inattendue et surprenante de l’AULNE, ne sont pas encourageants. Le bilan après trois semaines d’ouverture semble plus défavorable sur le versant MANCHE que sur le versant Atlantique.

La situation globale du saumon atlantique est de plus en plus  préoccupante (lourdes perturbations en milieu marin) et rejoint sans doute l’inquiétante chute de la biodiversité observée depuis 3O ans  pour une multitude d’espèces (mammifères, oiseaux, insectes….)

 Réchauffement climatique, artificialisation galopante des territoires, pesticides… notre société de  consommation conduit t’elle l’humanité dans une véritable impasse ? On peut hélas le craindre.

A l’inverse une note plus optimiste : beaucoup de  bonnes pêches de truites fario signalées en rivière et souvent de belle taille, voir de forte taille.

Regrettons toutefois  le comportement de quelques pêcheurs qui –  au prétexte de respecter le quota journalier –  rentrent à la maison avec leurs 6 farios de 35 à 45 cm voir 5O cm… presque à chaque sortie ! En clair si le quota était de IO ou de 2O poissons ces « pêcheurs » prendraient sans le moindre état d’âme IO ou 2O poissons !

 Une bien triste mentalité de « viandard prédateur » Que font ces glorieux pêcheurs de leurs captures ? des confitures ?  Le but est t’il de remplir le congélateur familial ou d’approvisionner les  voisins ?

 Nous ne sommes pas des adeptes du NO KILL inconditionnel  mais  en 2O18 ont devrait  être un peu plus responsable et  capable –  quelque soit les quotas autorisés –  d’éviter de tuer les plus beaux géniteurs de la rivière.  Nous ne sommes plus dans les années 5O, la truite fario sauvage est un trésor qu’il convient de préserver sauf à nous retrouver dans la même triste situation que sur le lac du DRENNEC où la situation de la fario est très préoccupante

 Certes la pêche à la ligne n’est pas le seul facteur, loin s’en faut, (pesticides, ensablement des fonds, super prédation du grand cormoran, etc…) qui explique la baisse de populations des salmonidés sauvages mais les gestionnaires de la pêche  doivent impérativement montrer l’exemple.

Rappelons que l’AG 2O18 a voté la limitation journalière 2O19 à 3 truites sur tout notre territoire (lac et rivière). Précisons que dans des pays voisins, qui possèdent pourtant des rivières à truites bien plus riches que les nôtres (Exemple au PAYS DE GALLES) les prélèvements autorisés sont soit interdits soit limités à 1 ou 2 poissons par jour et par pêcheur … ce n’est sans doute pas un hasard si leurs populations de farios sont en bien meilleur état.

LACHER DE SMOLTS 2O18

Jeudi 22 mars le « traditionnel » lâcher de smolts produits au QUINQUIS s’est déroulé dans de bonnes conditions – débits soutenus, eau très fraîche –  grâce à la mobilisation des salariés de l’association mais  mais égalemen de 2  techniciennes du syndicat de bassin de L’ELORN et de nombreux bénévoles.

IO OOO smolts fringants ont retrouvé les eaux  de l’ELORN et entamés immédiatement leur grande migration qui va conduire les rescapés dans l’Atlantique Nord.

Espérons que les taux de retour seront au rendez vous pour les futurs castillons de 2O19 et les saumons de printemps 2O2O… y compris bien entendu pour leurs sœurs et frères sauvages nés dans les frayères de la rivière.

DU NEUF SUR LE SITE DE l’AAPPMA

Afin d’améliorer l’information de nos adhérents et sympathisants, plusieurs dossiers et ont été mis en ligne sur notre site : notamment dans la rubrique arrêtés préfectoraux, voir également en pdf le volumineux dossier sur  LA FLECHE dont nous gérons le cours supérieur et sur laquelle il existe un fort enjeu truite de mer. Rappelons que la pêche y est interdite sur toute notre zone d’influence (en amont du moulin de COAT MERRET) suite à la grave pollution au lisier, voici exactement I an.

Dans la rubrique poisson :  voir un chapitre consacré à la station comptage de KERHAMON avec illustrations (vidéos, photos).

Le dossier « Quel avenir pour la truite fario du lac du Drennec ? » sera également mis en ligne après la réunion du 6 avril (voir rubrique précédente).

Bonne lecture à toutes et à tous !

QUEL AVENIR POUR LA FARIO DU DRENNEC ?

Rappel :  les sociétaires de l’AAPPMA sont informés qu’une réunion spécifique LAC DU DRENNEC se tiendra vendredi soir 6 avril à 2O H 3O à la MAISON DE LA RIVIERE.

A l’ordre du jour ;

+ présentation du rapport « Quel avenir pour la truite fario ? »

+ décisions à prendre pour la saison 2O19 afin de mieux protéger la truite sauvage de souche Drennec.

A l’issue de cette soirée le rapport sera mis en ligne sur notre site.

« On » se moque du monde !

Une odeur pestilentielle qui flotte au dessus de la rivière, des paquets de mousse, un rejet fortement coloré qui s’étend sur des centaines de mètres dans la rivière, rassurez vous braves citoyens  ce n’est rien…. c’est une fausse pollution ! (voir télégramme du jour).

C’était pour rire !  C’est peut être un poisson d’avril puisque Mardi Gras est passé !

Depuis des semaines, la station d’épuration de la laiterie laita crache régulièrement ses rejets dans l’ELORN. Des promeneurs nous en informent, nous avons alerté l’administration à plusieurs reprises mais « çà »  continue sans le moindre état d’âme de l’industrie, pas un battement de cil non plus du côté des élus. Tout va bien, ce n’est pas grave puisque c’est une fausse pollution !

De qui se moque t’on au pays de la lune ? A chaque « incident » les gestionnaires de la station doivent informer l’administration or des services en charge de suivi nous affirment qu’ils ne sont jamais informés ! mais peut être y a t’il des cloisons étanches entre certains services à QUIMPER ?

Pour quelles raisons cette station d’épuration pourtant récente disfonctionne t’elle à » plein tube »  et aussi régulièrement ?

  Si toutes les stations d’épuration implantées au bord de l’ELORN polluaient ainsi de SIZUN en passant par LANDIVISIAU quel spectacle ! Bonjour la reconquête de la qualité des eaux !

Le conseil d’administration de l’AAPPMA va se réunir dans la semaine pour envisager les suites à donner pour mettre un terme à cette situation totalement inacceptable.