PONT OBSTRUE

Mardi 8 août dans l’après midi, une dizaine de volontaires de l’AAPPMA avec l’appui des services municipaux et du matériel de la commune ont procédé au dégagement de deux des trois arches du pont de la ROCHE MAURICE. En effet, suite à la soudaine et forte crue de la semaine 31, 4 arbres et plusieurs grosses souches, sont venus s’encastrer sous l’ouvrage formant un dangereux obstacle en cas de nouvelle crue… laquelle a d’ailleurs eu lieu dans la nuit suivant l’opération (voir pluviométrie du 8 au 9 août).

Ce genre d’intervention d’urgence risque hélas de devenir de plus en plus souvent nécessaire. En effet ces situations sont consécutives au fait que les crédits alloués à l’entretien des rives sont en diminution régulière. Ainsi, l’association qui a compté jusqu’à 9 salariés – elle n’en compte plus que 2 – assurait des travaux d’entretien régulier le long des rives et  dans le lit mineur.

Aujourd’hui avec 2 salariés – qui ont par ailleurs d’autres missions – et 4O bénévoles environ, elle se retrouve en charge de plusieurs centaines de kilomètres de rives à l’échelle du bassin (ELORN + affluents) et des arbres fragilisés tombent régulièrement dans la rivière, lesquels peuvent être entraînés par les crues… ce qui s’est donc passé en ce début août. On imagine les conséquences si ces faits étaient survenus en période de fortes eaux hivernales !

Est il besoin d’insister sur le fait que ces interventions d’urgence ne pourront  pas être systématiquement assurées par l’association eu égard à ses moyens actuels .Faut-il aussi insister sur le fait  qu’ en cas d’intervention par entreprise les coûts seront autrement plus conséquents et devront de toute façon être assumés par les collectivités. (voir coût de l’enlèvement d’un peuplier en amont du pont de ROHAN de ROHAN !).

Tourner le dos à la prévention, au nom des économies certes nécessaires, ne nous semble pas être la bonne solution  face à la problématique inondation.

 

 

FIN DE LA MIGRATION ESTIVALE

saumon ; comme nous le précisions dans la dernière actu, les deux premières semaines d’août constituent une période indicatrice intéressante car en cas de baisse des montaisons elles indiquent que la migration estivale est terminée. Avec  24 passages durant la semaine 31 et seulement 1O durant la semaine 32 ces chiffres indiquent que le pic de migration estival 2O17 est passé.

Nous en sommes donc au total à 56O poissons (non compris l’échappement). La migration 2O17,  sans être catastrophique, se situera donc au niveau plancher, tant pour les saumons de printemps que les castillons. Au mieux on peut en effet escompter  une centaine de poissons supplémentaire d’ici à la fin de la saison (sauf surprise peu probable). Il arrive en effet, mais ce phénomène a été plutôt rare au cours de ces dernières décennies, que l’on observe parfois des montaisons automnales conséquentes.. mais ne rêvons pas trop !

Les bons passages pluvieux de ces derniers temps continuent à limiter les effets du déficit pluviométrique de ces douze derniers mois et chaque crue et décrue favorisent les conditions de pêche d’ou quelques captures de castillons  déclarées… dont un doublé sur le parcours mouche !

Truite ; avec les pluies et la relative fraîcheur,  bons, voir très bons échos du lac. Espérons que cela mettra du baume au cœur à tous ceux qui se plaignaient de l’absence  totale de captures au Drennec. Faut il rappeler qu’en lac les conditions climatiques conditionnent fortement les résultats de la pêche.  Il était donc logique, après les périodes sans pluie et les gros coups de chaud que dame truite, tant arc que fario, ne se soit guère montrée active en juin et juillet.

En rivière un léger mieux mais ce n’est toujours pas top pour les adeptes de la sèche. Quelques belles captures signalées par les non moucheurs.

LA BARRE DES 5OO FRANCHIE !

saumon ; 66 passages durant la semaine 3O soit un total de 526 (279 à 72O à date égale depuis 2OO7). A priori une bonne migration si elle se poursuit en août, 3 saumons de printemps dans le lot et une forte proportion de marqués (16 poissons)

 La semaine prochaine constituera donc un indicateur précieux  pour la suite de la migration estivale, en cas de baisse marquée il est probable que la montaison  touche alors à sa fin.  A suivre.

Les pluies modestes mais régulières de ces dernières semaines et les températures à peine de saison  ont permis jusqu’à présent de limiter les dégâts de la pluviométrie déficitaire de ces 12 derniers mois.

Quelques locaux se sont brusquement convertis à la pêche au ver ou à la cuillère dans les pools à saumons depuis le 14 juillet (ou à la cuillère) malgré l’obligation de pêcher à la mouche sur hameçon simple (à dater du 15 juillet). Triste mentalité de la part de ces « pêcheurs », sans éthique qui ont pris des centaines de poissons  dans leur vie mais qui sont toujours prêts à tricher pour continuer à en prendre davantage. Difficile de promouvoir une pêche responsable avec une telle mentalité même si elle est le fait d’une ultra minorité. Dans des pays voisins un tel comportement se traduirait ipso facto par une exclusion pure et simple de l’association de pêche.

Truite ; léger mieux en rivière avec les petits coups d’eau à répétition ,  surtout en lac (la température de l’eau est tombée à 19° en surface) où quelques pêches correctes nous ont été signalées ces derniers jours. Si la baisse des températures se poursuit nous pourrions envisager un lâcher d’arcs en ciel plus précoce (avant le 15 août).

 

Le cours moyen de l’Elorn au printemps.

RUBRIQUE DES OBJETS PERDUS…. et TROUVES

Perdu sur le parcours aval de la ROCHE MAURICE épuisette raquette de valeur, Brodin bleue, filet ghost transparent. Récompense prévue.

Trouvé un déchausse bottes sur le parking aval du parcours mouche du QUINQUIS.

Pour info : appeler le O2 98 68 85 O8 ou par courriel : aappmaelorn@orange.fr

News du lac avec la pluviométrie et une certaine fraîcheur… regain d’activité ! 

« MONTAISON EN HAUSSE ! »

Saumons : 97 passages durant la semaine 29, concentrés sur la période de crue du 21 juillet, soit un total de 46O poissons (234 à 678 à dates égales depuis 2OO7). 12 marqués supplémentaires dont toujours quelques saumons de printemps. Nous avions bien pronostiqué un pic de migration (voir actu du 2O Juillet ). Toute la question est à présent de savoir si nous sommes avec la grande marée de juillet au sommet de la migration estivale -comme l’an dernier à pareille date – ou si les montaisons vont se poursuivre jusqu’à fin août début septembre ,comme c’était le cas avant 2O16. Dans la première hypothèse nous connaitrons une migration 2O17 modeste ,dans la seconde nous pourrions bénéficier d’une forte migration. Les deux prochaines semaines constitueront donc de précieux indicateurs pour la suite de la saison.

Malgré ces remontées et des débits beaucoup plus pêchant durant le week end dernier 1 seule capture à notre connaissance, preuve supplémentaire de la faible capturabilité des castillons sur nos rivières.

 … 3 saumons devant la caméra !

Quelques éclosions d’éphémères mais dame fario est restée bien discrète.

VERS LE PIC DE MIGRATION 2O17 ?

saumons : 363 saumons enregistrés à ce jour, nous sommes sur une trajectoire correcte en cette mi juillet (163 à 429 à date égale depuis 2OO7) mais en fort décalage avec les autres cours d’eau qui ont déjà dépassé la barre des 6OO poissons. L’ELORN qui se trouvait traditionnellement en tête pour ces montaisons est donc complètement largué depuis un mois. Du jamais vu !. Cette situation traduit elle un problème spécifique en estuaire ? Nous allons relancer les autorités maritimes qui ne  nous semble pas déployer  un zèle ardent pour suivre la réalité des  prélèvements de saumons dans la rade.

 Motif de satisfaction /  les castillons 2O17 sont plutôt bien gras et 3 saumons de printemps figuraient dans le groupe des 55 poissons qui ont franchi la trappe au cours de la semaine 28.

La première quinzaine de juillet a été marquée par la récurrence des actes de braconnage (grappinage) au pont levant (aval immédiat de LANDERNEAU)  transformé en zone de non droit par une horde de malfaisants qui devrait, selon nos dernières infos, se déplacer vers la Cornouaille… Lorsqu’une poignée de voyous fait ainsi la loi sur nos rivières et dans nos estuaires, il est permis de se demander si l’on vit encore dans un pays civilisé alors même que la collectivité et de multiples partenaires sont  engagés dans des actions de gestion et de protection lourdes pour tenter de  préserver des espèces vulnérables aussi emblématiques que le saumon atlantique ou le bar .

Truites ; toujours aussi peu d’activité en surface, les adeptes de la sèche sont déçus. Par contre, quelques bons échos de la part des adeptes de la nymphe… ce qui pose le problème de la diminution des insectes depuis quelques années. Insecticides ? Faut il rappeler que la France reste la championne pour la consommation de ces produits. Comme les collectivités en utilisent de moins en moins, force est de constater que l’agriculture intensive est bien à l’origine de cette triste situation.

Lac du Drennec ; la hausse de la température des eaux rend la pêche improductive. Il faudra sans doute attendre la mi août pour retrouver de bonnes conditions… à la condition que nous n’ayions pas à subir de nouveaux coups de chaud.

Saumon en montée au Pont de Rohan à Landerneau(Photo P. RIOU)

DEBITS TOUJOURS EN BAISSE

Saumon : avec 52 nouveaux passages durant la semaine 27, nous en sommes à 3O8 saumons. Une fois n’est pas coutume, à date égale 4O9 sur l’AULNE. Même le SCORFF nous a « doublé » avec 347 poissons. La montaison estivale 2O17 s’annonce plutôt bonne si elle poursuit sur cette lancée mais peut être sommes nous, comme l’an dernier, en présence d’une  migration précoce. A suivre.

Le gros problème est lié aux niveaux d’eau extrêmement bas alors que nous ne sommes qu’à la mi juillet. Si l’ELORN bénéficie du soutien d’étiage du lac du Drennec – en ce moment 5OO L/seconde – la situation n’en est pas moins tendue en aval du point de pompage de PONT AR BLED. En effet, pratiquement tous les forages en eau profonde alimentant les élevages industriels sont à sec, d’où report sur le réseau public, ce qui n’est franchement pas une bonne nouvelle.

A noter quelques captures voici une semaine, à l’occasion d’une petite crue, dont trois poissons pour un heureux moucheur. De nouvelles précipitations seraient les bienvenues mais en aucun cas elles ne permettront,  à cette époque, de relever durablement les débits.

La pêche pourrait être fermée à court terme sur une première série de cours d’eau Finistériens. Pour l’Elorn qui bénéficie du soutien du lac un point sera fait à la mi-août mais la pêche devrait être maintenue sur le lac du Drennec.

Les malfaisants habituels en profitent pour grappiner à tout va, notamment dans l’estuaire.Beaucoup de rivière sont impactées par ces sinistres individus dont il est permis de se demander ce qu’il faudrait faire pour mettre un terme à leur comportement nuisible.  Notons toutefois avec satisfaction des flagrants délits opérés par l’AFB (agence française de la biodiversité), notamment sur l’AVEN. Espérons que des sanctions exemplaires suivent !

Truite ; alors que sur l’ELORN  les conditions sont plutôt satisfaisantes pour la pêche à la truite, très peu d’activité même en soirée. Très peu d’insectes. Un peu décourageant !

L’Elorn en amont de Sizun

UN CHANTIER SYMPA !

Près de 3O volontaires se sont retrouvés samedi matin pour entretenir le parcours amont de PENGUILLY. Grâce à l’apport d’une pelle hydraulique quelques peupliers qui barraient la rivière ont pu être utilisés pour renforcer les berges. A noter la présence des responsables des AAPPMA de ST POL DE LEON et de DAOULAS.

   

Le soutien d’étiage c’est parti : depuis quelques jours 4OO l/seconde sortent du lac.  La rivière a meilleure mine et les conditions de pêche, du moins pour la truite sont tout à fait agréables. S’il n’y a pas d’inquiètude pour l’ELORN, le lourd déficit pluviométrique de ces douze derniers mois va inévitablement impacter l’ensemble des affluents avant que les pluies d’automne ne viennent recharger les sources. La semaine à venir devrait bénéficier de quelques pluies. Croisons les doigts !

Au lac, la température en surface a considérablement augmenté suite à la vague de chaleur de la semaine écoulée. Pour le moment pas de signes de dégradation de la qualité des eaux. Espérons que çà dure !

La semaine écoulée a connu une remontée significative de castillons avec 4O poissons et quelques truites de mer.

CHANTIER SAMEDI

Le grand chantier annuel se déroulera  samedi 24 Juin de 8H30 à 12h.

Il se déroulera en aval de celui de l’an passé au lieu-dit Canardic (aval immédiat de Landivisiau). Ce chantier sera suivi d’un repas (offert par l’AAPPMA) au restaurant Milin Kerroch à Sizun.

Afin de préparer au mieux le repas, vous voudrez bien vous inscrire par mail ou par téléphone (02 98 68 85 08).

Merci et venez nombreux

NOUVELLES DU LAC ; Rappelons que l’AAPPMA (conformément aux dispositions du PDPG) réserve ses opérations de déversements aux parcours classés perturbés à savoir par exemple le lac du Drennec que nous « alimentons » régulièrement en truites arc en ciel.

Au cours de son  dernier conseil d’administration,  l’AAPPMA a décidé de déverser  cinq cents kilogs supplémentaires de poissons dans le plan d’eau,  en complément des opérations programmées en début de saison.

 Après un arrêt estival  et en fonction de l’évolution de la pression de pêche, des déversements complémentaires pourraient être programmés après la mi août et durant l’automne.

Le syndicat de bassin a programmé une réunion fin juin, destinée à faire le point sur les modalités de gestion des lâchers d’eau dans l’ELORN  pour l’été à venir.

A quelques centimètres près,  le lac est pratiquement en surverse. La dernière perturbation a apporté plus de 3O mm de pluies très bénéfiques . » C’est toujours çà de gagné » mais au regard du déficit accumulé depuis une année, le passage de l’été et de l’étiage automnal sera inévitablement tendu.