UN PROGRAMME EUROPEEN POUR ETUDIER LE DECLIN DES SALMONIDES MIGRATEURS ; afin d’étudier les principales sources de mortalités des populations de truites de mer et du saumon atlantique dans la MANCHE (estuaires et zones côtières) et faire évoluer la réglementation, le programme SAMARCH (gestion des salmonidés dans la MANCHE) vient d’être validé pour une période de 5 ans (2O17-2O22) à hauteur de 7,8 millions d’euros. Dix organismes scientifiques Anglais et Français vont travailler sur ce vaste sujet. Pour plus de renseignements voir site Bretagne Grands Migrateurs.

GRAND CHANTIER ANNUEL

Le désormais grand chantier annuel se déroulera le samedi 24 Juin de 8H30 à 12h.

Il se déroulera en aval de celui de l’an passé au lieu-dit Canardic (aval immédiat de Landivisiau). Ce chantier sera suivi d’un repas (offert par l’AAPPMA) à la maison de la rivière à Sizun.

Afin de préparer au mieux le repas, vous voudrez bien vous inscrire par mail ou pas téléphone (02 98 68 85 08).

Merci et venez nombreux

PECHE INTERDITE SUR LA FLECHE : A notre demande, un arrêté préfectoral d’interdiction de pêche vient d’être publié en date du 3O O5 sur l’ensemble de notre parcours, des sources jusqu’au pont de COAT MERRET, affluents compris. Cette disposition fait suite à la pollution catastrophique du 5 avril (voir actus des 9 et IO) . Elle a pour objectif de favoriser la recolonisation naturelle du cours d’eau. A noter que le secteur aval, moins touché, fait également l’objet d’une interdiction de pêche à la demande de l’AAPPMA des Abers, jusqu’au pont de ST MEEN, au lieu dit MORIZUR. Des panneaux seront installés aux différents points d’accès. Cette interdiction de pêche concerne donc largement plus de la moitié du bassin versant et pourrait être reconduite en 2O18 et 2O19. Les AAPPMA souhaitant qu’un suivi de la recolonisation du cours d’eau soit organisé par inventaire piscicole.

Cette pollution est intervenue au moment où à notre demande un adhérent finalisait un important rapport  intitulé « La FLECHE – AR SEAZ – résilience d’un petit fleuve côtier du Léon ». Ce document véritable état des lieux, retrace l’historique du cours d’eau depuis les années 6O. Il  vient d’être finalisé et  sera transmis à tous les partenaires concernés par  la reconquête de la qualité des eaux et la gestion salmonicole. Des propositions de remise en valeur y sont également présentées en faveur de cet excellent cours d’eau peuplé de truites fario et de truites de mer.

L’AAPPMA a engagé des démarches en vue d’obtenir des réparations suite au désastre piscicole engendré par cette pollution. A suivre.

CHALEUR ET ORAGES ; entre quelques chaudes journées, quelques pluies orageuses pas trop violentes ont limité les effets du déficit pluviomètrique que nous traînons depuis plusieurs mois.

Saumon ; Au 27 mai nous en sommes à III passages de saumons au vidéo comptage, hors échappement. Au total, avec les poissons ayant évité le comptage lors des rares périodes de petites crues et les  captures en aval (nous aurons l’occasion d’y revenir ultérieurement ! ) on peut estimer à ce jour une montaison de saumons de printemps de l’ordre de 12O à 13O poissons. La migration printanière s’achevant généralement autour de la mi juin, nous devrions donc atteindre la barre des 15O saumons.

Les pluies de mai, sans être pléthoriques, ont largement limité les dégâts.Le lac du DRENNEC est pratiquement plein mais toujours pas de surverse dans la tulipe, il manque environ 3OO OOO M3. En clair,nous sommes quand même sur la corde raide et en l’absence de pluies au cours des mois à venir,  la situation sera très tendue dès le mois d’août et plus encore pour l’étiage automnal. L’Elorn ne manquera pas d’eau, grâce au soutien du lac ,mais les affluents les plus torrentueux risquent l’assec et les débits d’étiage,  en aval du point de pompage de PONT AR BLED,  pourraient être sévères, ce qui aura pour conséquence de freiner les montaisons de castillons en estuaire.

Pratiquement pas de montée d’aloses cette année.

Truites ; avec la tièdeur  ,belles éclosions et pas mal de poissons en activité, plusieurs moucheurs nous ont fait part de bonnes parties de pêche. En lac par contre c’est mou.

VERS LA BARRE DES CENT.

Avec IO poissons supplémentaires durant la semaine 19, nous en sommes à 86 saumons de printemps au 13 mai (41 à 21O à date égale depuis 2OO7). Si on prend en compte l’échappement et quelques poissons capturés en aval de la trappe, on peut estimer qu’à la mi mai nous avons pratiquement atteint la barre des cent poissons pour 3O captures environ.

                                                          Un tout bleu ; 74 cm  3 K 8OO

Une saison somme toute moyenne mais en deçà de nos estimations de début d’année.

 A noter enfin l’arrivée des premiers « marqués ». Les quelques petits coups d’eau de plus en plus réguliers sont bien venus mais toujours insuffisants pour faire véritablement monter les débits. Le lac du Drennec devrait être en surverse dans les jours à venir surtout si les pluies attendues en milieu de semaine se confirment. Rappelons que depuis plusieurs mois le lac est en phase de remplissage avec un débit de sortie extrêmement faible (2OO l/seconde).

En rivière, dame fario commence à montrer le bout de son nez mais l’activité reste assez timide selon les moucheurs assidus.

A VOS AGENDAS ; le grand chantier d’été se tiendra le SAMEDI 24 JUIN. Le lieu de rendez vous (cours inférieur) sera précisé ultérieurement ainsi que les modalités d’organisation.

UN COUP D’EAU BIEN VENU MAIS FURTIF : de 1O à 2O mm au cours du week end du Ier mai ; c’est mieux que rien même si cela ne change pas grand chose au déficit pluviométrique que nous accumulons depuis bientôt un an. Ce modeste coup d’eau a eu pour effet de booster la migration des saumons de printemps durant 72 heures, ce qui tendrait à confirmer que la faiblesse des montées depuis la mi avril pourrait être liée au faible appel d’eau douce. Il n’est donc pas impossible que les poissons traînent dans l’estuaire (ce qui n’est pas franchement une bonne nouvelle… sauf pour certains professionnels pratiquant au filet). Cette situation expliquerait peut être la modestie de la migration printanière 2O17, au maximun 7O poissons à ce jour, ce qui est largement en deçà de nos prévisions. En effet, eu égard au début de saison et à la montée estivale 2O16, nous en attendions entre 12O et 15O dès la fin avril.

Côté captures 3 poissons déclarés au cours du week end et quelques décrochages. Au total 21 captures déclarées

Pour ce qui est des pêcheurs de truites, le temps frais et sec, mis à part la parenthèse du week end dernier, c’est plutôt calme, même au lac du Drennec.

Chantiers mardi apm

Les chantiers du mardi apm restent ouverts à tous.

Pour 2017, l’entretien de la rivière Elorn est programmé entre Pont Ar Zall et le Quinquis. Une partie du secteur à déjà été restauré cet hiver mais il reste encore beaucoup à faire.

Pour ceux d’entre vous qui sont disponibles, le RDV est fixé à la station de kerhamon à 13H30 tous les mardis.

Renseignements : 06 75 03 10 15

NB : Une réduction pouvant atteindre 70€ sur le prix du permis est accordée contre 7 demi journées de travail bénévole.

 

Animations à Landivisiau

VACANCES PASCALES ET SENSILISATION ENVIRONNEMENTALE ; 14 enfants du centre de loisirs de LANDIVISIAU ont bénéficié des compétences et de la disponibilité de notre secrètaire, Gérard SPONNAGEL.

Le premier jeudi a été l’occasion d’une longue randonnée le long de l’ELORN, jusqu’à la pisciculture du QUINQUIS, pour découvrir  le cycle de vie du saumon atlantique et la richesse de la faune et de la flore aquatiques. Le second jeudi, muni des permis, les pêcheuses et les pêcheurs en herbe ont découvert les joies de la pêche  sur les plans d’eau du LAPIG. La plupart des poissons capturés, vairons, gardons et truites arc en ciel, ont été remis dans leur milieu naturel.

Cette coopération avec la ville de LANDIVISIAU est d’autant plus positive et remarquable,  qu’elle se déroule sur un affluent urbain de l’ELORN,  dont le bassin versant,  soumis à une forte artificialisation,  a néammoins,  retrouvé une certaine santé depuis quelques années, alors qu’il fut des décennies durant,  un véritable égout à ciel ouvert.

2017 : Une année à haut risque ?

Le déficit pluviométrique se creuse au fil des semaines et des mois. Des malfaisants en profitent pour pêcher le saumon à vue et grappiner malgré un gardiennage plus performant depuis l’ouverture. Aucune pluie digne de ce nom n’étant en vue pour les semaines à venir, on s’achemine vers une baisse précoce et  très préoccupante de nos cours d’eau… sauf à connaître un été très pourri.

Plus grave encore, cette situation ne pourra que renforcer les conséquences des rejets polluants.

20 kms de rivière rayés de la carte la semaine passée :  7 kms sur la Haute-Flèche, au moins 13 kms sur le Haut-Jaudy (Côtes d’Armor).

Quant ce ne sont pas des élevages  vétustes qui explosent, ce sont des élevages au top, équipés de stations d’épuration où  des « bugs » informatiques  bloquent les alarmes. Combien de bombes à retardement en gestation sur nos bassins versants ?

Ces évènements qui se produisent à intervalles réguliers dans nos départements Bretons, deviennent franchement insupportables, surtout lorsqu’ils  n’apparaissent pas sur l’écran radar des suivis de la qualité des eaux. 

En effet,  les bilans et les courbes de nitrates en baisse ont ils encore une signification  si… entre deux bonnes analyses d’eau,  toute vie piscicole a disparu sur des kms voir des dizaines de kms de rivière qui mettront 5 ans voir plus pour retrouver leur équilibre… à la condition qu’entre temps il n’y ait pas d’autres « accidents ».

20ème Marché du lac du Drennec

Le désormais traditionnel marché du lundi de Pâques, créé par des producteurs locaux (BRO AN ARE) et la MAISON DE LA RIVIÈRE, fêtera sa 20ème anniversaire, lundi 17 avril, de 10 heures à 19 heures. Présence de nombreux producteurs, animations diverses, fanfares, visites nature, etc.. et table ronde l’après midi sur le thème « 20 ans à battre l’eau ».

L’occasion de faire un bilan sur l’évolution de la qualité des eaux et de l’agriculture. Un débat de fond qui réunira deux agriculteurs (un conventiel, un bio),  des représentants d’associations environnementales,  dont le président de l’AAPPMA de l’ÉLORN et espérons- le la participation d’un élu ou d’un technicien en charge du SAGE ELORN. Débat animé sous  la houlette d’un représentant du CIVAM 29.

Rappelons le rôle stratégique de l’ÉLORN et du lac du DRENNEC qui contribuent à l’alimentation en eau de plus de 300 000 finistériens, dont le bassin versant connaît des problèmes liés à certaines pratiques agricoles, notamment la destruction des talus à COMMANA… alors que la commune vient d’obtenir le classement du bocage.

Un rendez vous à ne pas manquer.

L’Elorn à Sizun : un joyau à préserver