AUJOURD’HUI L’AULNE, DEMAIN LE LAC DU DRENNEC ET L’ELORN ? CHRONIQUE D’UNE CATASTROPHE ANNONCEE ?

 

 

La pollution qui touche l’Aulne depuis bientôt une semaine fera t’elle enfin réfléchir les décideurs politiques et administratifs qui ont donné le feu vert à la construction d’une unité de méthanisation à Commana en amont immédiat du lac du Drennec qui contribue à l’alimentation en eau de plus de 3OO OOO Finistériens ? Qu’en pense le futur président (ou présidente) du syndicat de bassin de l’Elorn ?

 

Depuis de la manifestation du 3O juin 2O19 qui avait réuni plus de 6OO manifestants à Commana à l’appel d’un collectif associatif, nous n’avons cessé de dénoncer ce projet fou.

 

Lorsqu’une équipe de professionnels est incapable de piloter correctement une installation comme celle de Châteaulin, à qui fera t’on croire qu’un éleveur accaparé par la production de poules et de vaches laitières, sans compter la conduite de ses cultures, puisse assurer la bonne gestion d’une unité de méthanisation ?

 

Les éleveurs ont déjà démontré, doux euphémisme, leurs limites dans la gestion de leurs stations d’épuration : 3O pollutions en 2O18 et 2O19 et. des dizaines de kilomètres de cours d’eau détruits dans le seul département du Finistère ;

 

Chacun peut imaginer le désastre lorsqu’il s’agira, pour ces éleveurs, de gérer les méthaniseurs !

 

Nous demandons aux élus de la vallée de l’ELORN et aux décideurs administratifs de se ressaisir et de tirer urgemment les enseignements de la pollution de l’Aulne.

 

Chacun doit avoir conscience qu’un tel rejet dans le lac du Drennec se trouverait piégé dans les eaux et les sédiments du plan d’eau, de manière irréversible durant plusieurs semaines, plusieurs mois… voir années, sans compter l’impact en aval du barrage dans l’ELORN.

 

La seule solution possible, quelque soit l’état actuel d’avancement du projet de Commana et d’y mettre un terme – les conduites entre Commana et Lampaul Guimiliau restent encore à poser – et de sanctuariser les 24 km2 du bassin versant en aidant massivement à la reconversion vers des modes de production agricoles respectueux des sols et des eaux.

 

Il n’y a pas d’autres issue, sauf à valider le scénario de Châteaulin avec des conséquences beaucoup plus catastrophiques.

 

Errare humanum est, perseverare diabollicum !

 

Nb : les conséquences d’une pollution sur le bassin versant du lac du Drennec se traduirait au plan piscicole par un dommage écologique grave dont le montant s’élèverait à plusieurs centaines de milliers d’euros (voir au-delà du million d’euro). Qu’en pense la future compagnie d’assurance du pétionnaire de ce projet ?

 

 

 

NOUVELLES DE FIN D’ETE

Saumon : depuis fin juillet, le pic de migration estivale est derrière nous, les montaisons hebdomadaires sont divisées par 1O. Néammoins, la station de vidéo-comptage a encore dénombré 13 castillons au cours de la semaine écoulée. Le cap des 8OO poissons est donc franchi.

A titre de comparaison 463 l’an dernier à la même période (de 376 à 978 à date égale sur la période 2OO7 – 2O19). Sans être exceptionnelle, la saison 2O2O sera donc un bon cru, au dessus de la moyenne, notamment pour les castillons. Le nombre de poissons marqués, issus de la production de smolts du Quinquis est sans équivalent (2OO poissons à ce jour).

Les pluies récentes ont été les bienvenues mais il en faudra davantage pour maintenir de bons débits et de bonnes conditions de pêche . Comme l’an dernier, notre région est super privilégiée car nous avons évité les grosses chaleurs et de plus l’ELORN bénéficie du soutien d’étiage salvateur du lac du Drennec dont le niveau en cette fin août est encore élevé.(L’eau est toujours claire au lac mais les dérives d’algues filamenteuses nous ont encore été signalées par plusieurs pratiquants.
Par contre comme tous les ans la qualité des eaux se dégradée en aval du barrage (couleur de rouille).  Cette coloration est visible jusqu’aux abords de SIZUN.

S’agissant du braconnage saumon et du comportement de quelques malfaisants, nous aurons l’occasion de communiquer ultérieurement sur le bilan des PV dressés au cours des dernières semaines.

Truite : nous avons reçu quelques témoignages récents de pêcheurs de passage, satisfaits de leur séjour, tant en rivière que sur le lac.

 

RIVIERES ET LACS D’ARMORIQUE: UN SPLENDIDE OUVRAGE

Un ouvrage de 356 pages, 1 K 5OO ! qui fait honneur aux défenseurs des rivières en Bretagne puisque 92 d’entre eux ont contribué à cette parution orchestrée par notre ami Paul Troël. Magnifiquement illustré par des dizaines de cartes, ce livre publié par l’ABPM (Association Bretonne Pour la Pêche à la Mouche), hymne à la beauté de nos vallées,  passionnera tous les lecteurs intéressés par l’environnement dans notre région et bien au-delà.

Outre les aspects piscicoles, halieutiques et paysagers, un chapitre conséquent est consacré à l’évolution de la qualité des eaux, de la biodiversité et de la pêche à la mouche depuis 2O1O, date de la parution de la première édition.

Tirés à 1 OOO exemplaires, plus de 3OO ouvrages ont déjà été vendus.

NB / « Rivières et lac D’Armorique » 60 euros + 10 euros frais de port. A commander à : l’ABPM – 138 route de Toul Ar Hoat – 29470 LOPERHET.
Cet ouvrage est aussi disponible à la Maison de la Rivière et de la biodiversité à SIZUN, avec règlement à l’ordre de l’ABPM.

 

AVIS AUX SAUMONIERS

 Après la capture d’un saumon il ne suffit pas seulement d’apposer la bague sur le poisson mais rappelons que la prise doit être notée immédiatement sur le carnet d’enregistrement.

Pour l’avoir omis,  un saumonier, outre le paiement d’une amende de 5OO euros va se retrouver devant le tribunal. Dans un contexte de renforcement du gardiennage par l’OFB nous tenions à en informer nos adhérents.

RAPPEL ; seule la pêche à la mouche sur hameçon simple est actuellement autorisée sur l’ELORN, seuls les castillons peuvent être gardés (poisson de moins de 67 cm).

 

NOUVELLES DES MIGRATIONS

Saumon ; après une remontée de saumons de printemps correcte, supérieure à celle de 2019, nous devrions retrouver un niveau de population de l’ordre de 15O poissons,
les remontées de castillons ont franchi la barre des 6OO poissons. Cette embellie observée sur la plupart des rivières Bretonnes en 2O2O est sans doute liée à une  meilleure survie au cours des deux dernières années.
 
Truite  ; très bons échos sur le lac du Drennec, encore pratiquement plein en cette fin juillet. Cette situation devrait permettre d’assurer un soutien d’étiage conséquent pour les semaines à venir, donc de bonnes conditions de pêche d’ici à la fermeture de septembre.
 
En rivière quelques très bons retours concernant plusieurs parcours du cours moyen, y compris en sèche.

PAS DE TREVE ESTIVALE

Malgré la crise sanitaire, nous tenons à rassurer nos adhérents suite au long silence sur notre site,  les responsables bénévoles et salariés de l’AAPPMA de l’Elorn  n’ont pas chômé ces derniers mois, de même que la plupart de nos partenaires, tant sur le front des atteintes à l’environnement que du braconnage saumon. On peut même affirmer que l’activité a été intense sur ces deux fronts. Parallèlement, les missions courantes ; entretien des berges, acquisitions de parcelles en fond de vallée, action trame verte et bleue,  etc….se sont poursuivies au quotidien.
 
BRACONNAGE SAUMON : La réorganisation de l’OFB (Office Français de la Biodiversité) fusion de l’ONEMA et de l’ONCFS se met en place et des actions de terrain régulières ont été menées au cours des dernières semaines Les braconniers ont désormais (et enfin !) du souci à se faire. Plusieurs PV ont été dressés (grappinage, pêche sans permis,  captures en période illégale, poisson non bagué etc, etc) sur l’ELORN et plusieurs rivières du département mais également dans les Côtes d’Armor. Concernant notre secteur pour les actes les plus graves, outre les procédures au pénal nous nous porterons partie civile. Les notes risquent donc d’être salées.  Nous tenons à nous féliciter de la réactivité des services depuis la réorganisation mise en place le 1er janvier 2O2O et des actions menées en concertation avec nos gardes. Il conviendra de poursuivre et de renforcer ces actions car bien que plus discrets les braconniers persistent….
 
ATTEINTES ENVIRONNEMENTALES ; les orages du mois de juin ont favorisé des coulées de boues et des apports de terre, assaisonnés de pesticides, lisiers et autres engrais,  dans les cours d’eau à partir des champs de maÎs et surtout de pomme de terre. La presse a rendu compte de multiples phénomènes d’érosion  impressionnants sur plusieurs communes du bassin versant, intensifiés par les arasements de talus (notamment à Commana)  qui ont parfois directement impacté des jardins et des  habitations riveraines. Dans plusieurs cas nous serons amenés à porter plainte avec d’autres associations, notamment Eau et Rivières de Bretagne.
 
Les nouvelles cultures de pomme de terre s’avèrent très impactantes en terme d’érosion et on peut légitimement se demander comment des professionnels peuvent ainsi dilapider le patrimoine irremplaçable que représente le « capital terre ». Les marées vertes ont des beaux jours « devant elles »!
 
RIVIERE LA FLECHE ; Comme annoncé en mars dernier lors de notre Assemblée générale,  le programme opérationnel de mise en valeur de la FLECHE devrait être engagé d’ici à la fin de l’année sous la maîtrise d’ouvrage du syndicat de bassin du Bas Léon. Une excellente nouvelle tant la reconquête de cette rivière victime de multiples agressions et pollutions était devenue urgente.
 
         Truite fario du haut Elorn avant remise à l’eau, prise sur cuillère hameçon simple.
 
 
Clair-obscur sur le Haut Elorn

NOUVELLES D’APRES CONFINEMENT

Depuis la reprise de la pêche après la période de confinement et une longue période de temps très ensoleillé et chaud, les débits se sont
littéralement écroulés et les conditions de pêche avec les vents desséchants d’est ne sont guère engageantes.

Quelques captures de saumons cependant (3 déclarations) et des témoignages de pêche à la truite correctes  mais  en deçà de ce que nous devrions connaître en cette période printanière.

Fort heureusement la pluie a fait (très modestement) son retour et surtout la fraicheur. Espérons que çà dure mais il ne fait aucun doute, sauf à subir un été pourri, que la situation sera très tendue dans les semaines et les prochains mois compte tenu de la chaleur que nous avons connue tout au long du mois de mai. Fort heureusement le lac du Drennec aborde la saison estivale avec un bon niveau grâce aux pluies abondantes de la dernière saison automnale et hivernale ce qui permettra d’assurer un soutien d’étiage efficace.

A noter toutefois la présence d’une forte quantité d’algues filamenteuses aux abords de l’ilôt.

Le confinement a eu pour effet de favoriser les comportements irresponsables de quelques « pêcheurs » malfaisants – toujours les mêmes
individus –  tant au lac du Drennec que sur l’Elorn, y compris bien entendu dans la zone d’estuaire en aval de Landerneau !

Des PV ont été dressés et des enquêtes pour actes de braconnage saumon sont en cours. Pour les contrevenants ce sera tolérance zéro !

Aux abords du lac  Drennec l’incivisme est à la règle pour de nombreux usagers du site ;  chiens en liberté, pratique du vélo, camping sauvage,
camping- car sur les rives, baignades !

*

 

ANNONCE:

Perdue au lac du Drennec (tombée du bateau jeudi 4/06) un épuisette FishPond Nomad Boat Net en carbone composite. Coloris: vert foncé. Elle flotte. Le filet est en maille silicone noir. Longueur 1,40 m. 
Récompense sympa à celui qui la retrouve et me restitue cet outil « sentimental »
info@brittanyflyfishing.com
06 42 03 93 66

 

 

LE LAC DU DRENNEC REOUVERT !

Les activités sportives individuelles la ballade et la pêche sont de nouveau autorisées sur le lac du Drennec, les arrêtés préfectoraux sont disponibles en mairie à Commana et Sizun ainsi que sur notre site ci-dessous  

Les plages et la baignade restent interdites pour le moment.

arrêté Drennec

APRES L’EFFORT LE RECONFORT; NOUVELLES DE LA REOUVERTURE 2020

 En rivière la pêche a été réouverte lundi 11 mai et les pêcheurs ont retrouvé avec plaisir le chemin de la rivière.

 Saumons : Trois beaux saumons de printemps capturés (déclarés) le premier jour.

Nous rappelons que les poissons capturés doivent être déclarés et nous demandons aux pêcheurs de se comporter de manière responsable (déclaration, respect des quotas…) quant à ceux qui souhaitent pratiquer le No Kill nous les invitons à prendre toutes les précautions nécessaires pour une remise à l’eau dans les meilleures
conditions.

Durant le confinement et la période de fermeture, quelques tristes individus, les habituels malfaisants (rares heureusement) ont continué à pêcher et… à capturer du saumon !
Face à ces comportements inqualifiables, des enquêtes sont en cours et en fonction des résultats l’association sera amenée à porter plainte et à se porter partie civile. A bon entendeur salut.

Truite: quelques échos très favorables tant pour le nombre que la taille des captures (Rappel : quota journalier 3 poissons).

Lac du Drennec : TOUJOURS pas ouvert nous attendons des informations des mairies et de la préfecture. A suivre donc. A noter des infractions lourdement sanctionnées pour pêche en période interdite il y a quelques jours.