POLLUTION Elorn – LETTRE AU PREFET

LETTRE OUVERTE

 

 

 

Monsieur le Préfet,

 

L’ELORN vient d’être victime d’une nouvelle pollution grave le dimanche 11 Juillet.

 

Outre les dégâts considérables sur la faune et la flore, la procédure de recherche de la pollution et le déroulement de cette opération par les autorités compétentes (prévenues sauf erreur de notre part dès 9 heures par le pisciculteur) interpellent. En effet :

 

1°) Notre AAPPMA n’a pas été prévenue de la pollution, de même semble t’il que le syndicat de bassin et les responsables de la CLE, alors même que vous avez signé le SAGE ELORN le 15 juin dernier.

 

2°) Alerté par hasard par un salarié de l’association, notre directeur s’est rendu immédiatement sur place.

 

3°) En 15 minutes il a déterminé l’origine géographique de la pollution (station de pompage de Goas Moal). Il a aussitôt alerté les pompiers et les gendarmes qui l’ont reçu de manière pour le moins… distante.

 

4°) Avant notre identification rapide de l’origine géographique de la pollution, est-il exact que les très nombreux agents présents sur le terrain, depuis le début de matinée, n’avaient toujours procédé à aucune identification de la source du rejet ? A noter que ces agents semblaient plus préoccupés par les dégâts, somme toute minimes (entre 1,5 et 2 % de la production annuelle, selon que l’on prend en compte la production autorisée ou… réelle) de la pisciculture industrielle, que des dégâts sur la rivière !

 

5°) Nous avons fortement suspecté une fuite de chlore et pour avoir osé émettre cette hypothèse dans la presse, le maire de LANDIVISIAU, sur place le jour de la pollution avec vos services et que nous contacté téléphoniquement le lundi 12 juillet, nous a véritablement «rit au nez ».

 

6°) A quelle heure les gestionnaires de l’usine de pompage (VEOLIA) ont ils été alertés (pour notre part nous avons constaté qu’un employé est arrivé à GOAS MOAL vers 16 heures !)

 

7°) Comment peut on être aussi inefficace pour trouver l’origine d’une pollution, alors même que les poissons morts jonchent la rivière, par centaines voir par milliers ? Est il besoin de sortir des grandes écoles pour comprendre que dans une telle situation il suffit de remonter le cours d’eau… jusqu’à la découverte de poissons vivants ?

 

8°) Si le rejet avait perduré durant ces quatre ou cinq heures de vaine recherche, avez vous conscience que la rivière aurait été anéantie sur plusieurs dizaines de kilomètres ?

 

9°) Comment se fait-il qu’aucun garde de l’ONEMA ne s’est déplacé sur les lieux le jour de la pollution ?

 

10°) Comme d’habitude, c’est nous qui avons prévenu la presse ? Y avait-il quelque chose à cacher ?

 

11°) Sur l’origine de la pollution : Comment une fuite de produit dangereux (chlore) peut se produire dans une usine, dont VOUS avez autorisé l’exploitation, sans qu’un bassin de rétention ne soit prévu pour la retenir, ni qu’une alerte ne se déclenche ?

 

En conclusion :

 

  • Pourquoi notre association n’a t’elle pas été informée (ni par les élus Landivisiens, ni par les services de l’Etat), alors que des centaines/milliers de poissons morts gisaient dans la rivière et que pour notre part nous alertons toujours les parties concernées lorsque nous découvrons une pollution ? Pour quelle raisons sommes nous les seuls à informer les autorités lorsque nous identifions une pollution et que la démarche ne fonctionne jamais dans l’autre sens (voir pollution d’avril 2009) ? Notre expérience en matière de veille environnementale et de recherche des pollutions datent pourtant de plusieurs décennies et dans ce domaine nous avons rien à prouver. Ne sommes nous pas membres de la CLE ELORN ?

 

  • Les gendarmes et les pompiers habituellement coopératifs se sont montrés distants pour ne pas dire désagréables. Comment devons nous comprendre ce comportement, alors que nous devrions être un partenaire dans ce genre d’affaire ? Pour preuve : c’est nous qui avons découvert l’origine de la pollution.

 

Pourquoi déployer sur le terrain un noria de véhicules et d’agents alors que, dès l’alerte donnée, une intervention rapide sur le terrain, par une ou deux personnes compétente(s) et un minimum de bon sens et de connaissance du cours d’eau auraient permis d’évaluer la situation et de trouver très rapidement la source du rejet (avant de mobiliser matériels et personnels durant toute une journée).

 

  • Quel service à évalué précisément les dégâts sur la faune et la flore dans la rivière ?
  • Avez-vous contacter les services de l’ONEMA, qui n’avaient toujours pas réagi sur le terrain lundi matin ?
  • Le Maire, conseiller général de LANDIVISIAU nous a précisé téléphoniquement, lundi matin, qu’il souhaitait mener une réflexion (avec quel(s) service(s) pour tirer les enseignements de cette pollution, notamment en terme d’intervention. Cette analyse n’a telle pas déjà été faite depuis longtemps ? Pensez vous que c’est à tel ou tel élu de la vallée de travailler « dans son coin » avec tel ou tel service ? Ne pensez vous pas que c’est là le rôle de la CLE et du syndicat de bassin, surtout à l’heure du SAGE ELORN ?

 

A l’évidence, nous sommes là face à de très lourds disfonctionnements d’autant plus graves qu’ils sont récurrents. Cette situation est inadmissible car nous avons frôlé la catastrophe si le volume de chlore avait été plus conséquent.

 

Il convient impérativement et une fois pour toutes, de mettre ce dossier à plat. Nous vous demandons de faire toute la lumière sur ce dossier et d’en tirer les enseignements, avec la Commission Locale de l’eau.

 

Nous vous prions d’agréer, Monsieur Le Préfet, l’expression de notre sincère considération.

 

 

 Le Président,

 Jean-Yves KERMARREC

 

  • Ministre de l’Intérieur
  • Ministre de l’Environnement
  • Président CLE
  • Syndicat bassin ELORN
  • Agence de l’EAU LOIRE BRETAGNE
  • Président Conseil Général
  • Président Conseil Régional
  • M. Le Maire de Landivisiau
  • Commandant Gendarmerie du Finistère
  • DREAL
  • ONEMA Rennes
  • Fédération AAPPMA
  • Presse
  • Associations

NEWS NEWS NEWS

VERS UN ETE « CHAUD » DANS LA VALLEE DE L’ELORN ?

Ces derniers jours 300 l/seconde sortaient du lac du Drennec, soit le double des débits entrants. En cette fin juin- début juillet , nous en sommes pratiquement au débit d’étiage de fin d’été. Les semaines à venir risquent d’être très difficiles pour nos rivières (sauf gros orages…ce qui posera d’autres problèmes de qualité d’eau). Fin juin … 46 mg/l de nitrates à PONT AR BLED. Sans les 300 l/seconde du lac nous aurions frisé (peut-être même dépassé !) les 50 mg./ ! Au plan qualitatif, la situation est donc loin d’être glorieuse.

La réalité est que jusqu’à présent, le soutien d’étiage du lac a permis de masquer la triste réalité de la pollution agricole persistante. Les programmes de dépollution passent, les spécialistes se réunissent, le SAGE se met en place, tout le monde discourt sur la nécessaire reconquête de la qualité des eaux et… la pollution persiste, y compris sur le lac du Drennec qui vient d’être déclassé en qualité médiocre, au titre de la Directive cadre sur l’eau ( précisions sur le site du syndicat de bassin). Tout ceci n’empêche pas les pollueurs de polluer, le lobby agricole d’agir au plus haut niveau pour assouplir les règles administratives (voir amendement LE FUR) les piscicultures de bloquer les migrations de saumons, les élus « aménageurs » d’aménager en poursuivant le bitumage en règle du bassin versant (bitume à gogo à SIZUN, LANDIVISIAU, autour de LANDERNEAU avec la rocade de LANRINOU) . Sur ce point, les associations Landernéennes viennent de marquer un point en démontrant, suite à un comptage des véhicules autour de la ville, que l’alibi du détournement des camions en dehors de l’agglomération, grâce à la future voie de Lanrinou (chère aux coeurs d’élus de droite et de gauche) ne tient pas (voir télégramme 29 juin) . Lors de la signature du contrat de territoire avec la communauté de communes, en présence du président du conseil général (voir télégramme 30 juin ), les élus ont dit « si l’étude de trafic démontre que la voie de Lanrinou ne sert à rien, la communauté ne mettra pas un sou non plus ! »

Chiche Mesdames et Messieurs les Elus !

Dans le même temps, au plus haut niveau, certains députés à la solde du lobby agricole, montent au créneau pour assouplir les règles administratives en faveur du développement des élevages hors sol (voir amendement le Fur). En plein débat sur les algues vertes, il fallait tout de même oser ! Le lobby recherche t’il la confrontation avec le reste de la population ? En conclusion, face à de tels comportements à qui fera t’on croire que nous allons retrouver un jour la bonne qualité des eaux sur nos rivières et dans nos estuaires ? Il reste aux associations à se mobiliser encore davantage pour s’opposer à toutes ces dérives mais également à engager une réflexion profonde sur l’intérêt de continuer à participer aux travaux des diverses commissions, censées oeuvrer pour améliorer la qualité des eaux et des milieux aquatiques.

Saumon :

Avec 22 nouveaux passages au cours de la semaine écoulée, la saison 2010 décolle : 23I saumons à ce jour (159 en 2009 à la même période). A noter toutefois la très petite taille de certains poissons. Grâce aux 20 mm de pluie qui ont arrosé la vallée de l’ELORN vendredi 2 juillet un petit coup d’eau a rendu la pratique de la pêche plus agréable durant quelques heures. Suffisant pour assurer 6 captures (à notre connaissance). Deux sinistres « bracos » ont été pris en flagrant délit de grappinage durant le week-end en aval de LANDERNEAU, grâce à la diligence de la brigade de… gendarmerie !

Truite :

Désormais le soutien d’étiage du Drennec est porté à 400 l/SECONDE, le petit coup d’eau de vendredi soir a fait un grand bien à la rivière et les conditions de pêche pour la truite sont parfaites et les coups de soir au rendez-vous. A vos cannes !

NOUVELLES !

Saumon ; avec 35 passages durant la semaine écoulée il s’agit de la meilleure remontée hebdomadaire pour cette période de l’année, depuis la mise en service de la trappe (avril 2007). Il s’agit très majoritairement de castillons (toutefois 2 poissons de plus de 80 cm ont été visionnés).

 La question est de savoir si nous assistons à une remontée précoce des castillons (un mois d’avance) qui va s’estomper rapidement où s’il s’agit du début de la remontée, sachant que depuis plus d’une décennie le gros de la troupe arrive de la fin juillet au début septembre. Si la deuxième hypothèse est la bonne, nous devrions alors assister à une forte migration. Restons toutefois prudents car ce diable de poisson a souvent déjoué tous les pronostics.

  Les conditions de pêche sont par contre de plus en plus médiocres car en FINISTERE nous entrons dans une période d’étiage déjà fort prononcée. 4 ou 5 captures ont cependant été signalées ces derniers jours.

 Le niveau d’eau diminuant de jour en jour, le soutien d’étiage du lac du DRENNEC devrait débuté avec les premiers jours de juillet. Quelques jours de bonnes pluies seraient fort appréciables.

 

Alose ; la remontée 2010 sera la plus faible enregistrée depuis 2007

 

Truite de mer ; 2 nouveaux passages ont été enregistrés. A noter la présence de nombreuses truites dans la partie estuairienne à LANDERNEAU. Il s’agit à priori de fario, de tailles très hétérogènes, de 15 à 30 cm.

 

Truite fario ; Belles éclosions ces derniers jours. Malgré une eau un peu louche (en l’absence totale de pluie !) nous avons reçu des témoignages de bons, voir très bons coups du soir avec captures de quelques beaux poissons (plus de 40 cm)

 Lac du Drennec ; la dernière pêche au filet a permis de capturer 100 Kg supplémentaires de gardons.

Chantier mardi après-midi : RDV pont de Goasmoal

ACTUS

Saumon :

Malgré un débit faible, les bonnes montaisons estivales semblent se confirmer. En effet, pour la semaine « standard 24 », 26 saumons, essentiellement des castillons, ont été dénombrés à la trappe. 20IO passe donc en tête à la mi juin avec 159 poissons, 141 en 2009, 95 en 2008. Toujours très peu de poissons marqués.

La pêche a repris mercredi 16 juin, mais les conditions sont mauvaises du fait du niveau d’eau très bas pour la saison. A noter toutefois un doublé. Sauf été pourri, nous allons connaître un étiage très sévère dès la fin juillet. A suivre donc de très près.

 

Truites de mer :

5 poissons supplémentaires au cours de la semaine écoulée. 2010, à ce jour , se présente donc comme la meilleure année depuis la mise en service de la station. Pas de quoi "fantasmer" néammoins car nous n’en sommes qu’à 23 poissons (15 l’an dernier à la même période, 8 en 2008)

 

Aloses :

Très nette baisse des remontées pour la troisième année consécutive. (voir tableau)

 

Truites fario :

plusieurs clubs mouche se sont déplacés ces derniers jours sur l’ELORN et malgré les débits, nous ont fait part de leur satisfaction. Belle activité, poissons nombreux dont quelques belles (au dessus de 30 et jusqu’à 40 cm).

 

Lac du Drennec :

un récent contrôle sur le lac a permis de constater que la majorité des pêcheurs (y compris non moucheurs) sont satisfaits de cette saison. Un avertissement a été adressé à quelques tricheurs qui ont « des difficultés » à noter leurs prises sur le carnet de contrôle…

Quelques nouvelles

Saumon : Les remontées sont plus importantes depuis 3 semaines (56 poissons voir tableau) et au dessus du niveau des 2 dernières années. Le retard pris en mai 2010 est rattrapé. A ce jour 133 individus (134 en 2009, 90 en 2008) A noter l’arrivée plus précoce des castillons, « mélangés » à une bonne proportion de beaux saumons de printemps (80 cm et plus). La précocité de la montée des castillons est telle un signe avant coureur d’une bonne saison 2010 ? Réponse dans les semaines à venir.

Le pourcentage de poissons marqués reste toujours très en decà de 2009 (10 % à ce jour, 23 % l’an dernier. A noter la très petite taille de certains sujets (en dessous des 50 cm !)

La pêche au saumon est fermée depuis le 26 mai et répètons-le, nous sommes très en colère par le fait que l’arrêté signé le 10 mai a été transmis le 26 mai. Nous avons écrit à l’ONEMA pour exiger des explications sur ce disfonctionnement qui s’est traduit, pour la deuxième année consécutive par un quota de saumons de printemps « explosé » (au minimun 35 captures)… pour des raisons « administratives… sans commentaire…

Les braconniers « itinérants » ont repris leur funeste besogne dans l’estuaire avec leurs grappins « géants » et nous avons déjà eu des altercations musclées (2 castillons grappinés vendredi 28 mai vers 16 heures, deux autres samedi 5 juin, sans compter ceux qui n’ont pas été vu). Jusqu’à quand ce « bordel » va t’il continuer ?

Les truites de mer sont à ce jour plus nombreuses que les années précédentes mais les chiffres restent très modestes (18 poissons dont certains autour des 50 cm… aussi grosses que les castillons !)

Truite en rivière : Belles éclosions de mouches de mai. C’est plutôt bon en ce moment, même si par endroit l’ELORN n’a pas un très bel aspect ( présence d’ algues filamenteuses en nette régresion toutefois, suite aux pluies tant attendues de ces derniers jours).

Lac du DRENNEC : Hormis les quelques habituels adeptes de l’abominable pâte au posé, qui véhiculent une fort mauvaise ambiance autour du plan d’eau, les pêcheurs dignes de ce nom sont plutôts satisfaits de leur saison, augmentation très nette des captures de farios mais souvent de taille modeste (au dessus de 30 cm). 

Nous commençons à maîtriser la pêche de prélèvement des cyprinidés, avec l’aide d’un pêcheur "pro" des COTES D’ARMOR. Ainsi, un trait de filet, jeudi matin a "rapporté" 220 kg de rotengles. Le renouvellement régulier de cette opération devrait permettre de limiter enfin la prolifération de ces poissons indésirables dans le lac.

CHANTIERS DE LA SEMAINE

Chantier mardi après-midi : RDV demain, 13H45, mardi au pont de Goasmoal (en amont immédiat de la station de pompage, route de Sizun)

 

Grand chantier samedi 12 Juin : Samedi toute la journée, grand chantier rivière au Pontic. RDV sur place 08H45

GRAND CHANTIER RIVIERE 12 Juin

L’AAPPMA organise le samedi 12 juin toute la journée, un grand chantier rivière sur l’Elorn, au lieu-dit Le Pontic (commune de LOCMELAR).

Ce chantier est ouvert à TOUS. Casse croute sur place le midi et buffet BIO le soir à la maison de la rivière. Renseignements et inscriptions (obligatoires pour les repas) 02 98 68 85 08 ou 06 12 26 27 62

FERMETURE PECHE DU SAUMON

Le TAC saumons de printemps est atteint (et même dépassé). L’arrêté de fermeture a donc été signé par le Préfet en date du … 10 mai, mais n’ait parvenu à l’AAPPMA que ce matin à 11H00. INCROYABLE.

Ceci dit, la pêche ouvrira à nouveau le mercredi 16 juin pour les castillons.

Point sur la saison de peche

Le point sur la saison saumon au 6 mai 2010

61 saumons ont été enregistrés au vidéo comptage (dont 7 poissons marqués soit moitié moins que l’an dernier) + un « échappement » évalué à 10 poissons. Nous sommes donc dans les mêmes tendances que les années précédentes (60 en 2008, 73 en 2009).

Au moment ou notre site reprend du service, nous venons d’atteindre largement le quota des 28 et l’arrêté de fermeture a été lancé lundi dernier par l’ONEMA. Nous demandons aux pêcheurs responsables d’arrêter de pêcher et de ne pas attendre la fermeture qui mettra quelques jours à être officialisée par arrêté préfectoral. L’ELORN sera donc la première rivière finistérienne fermée (et sans doute même Bretonne). Même si la situation est loin d’être folichonne, nous ne pouvons que nous en réjouir car cela confirme que notre rivière se porte plutôt « moins mal » que la plupart des autres fleuves côtiers (maigre consolation) où sauf erreur de notre part les quotas ne seront pas atteints de sitôt… à moins que les déclarations fassent volontairement défaut ! Reste à attendre mi-juin. D’ici là, d’autres saumons de printemps vont remonter (du moins si nous nous en référons aux saisons précédentes qui avaient connu des migrations jusqu’au 15 juin.) Ensuite, nous suivrons avec la plus grande attention les remontées de castillons. Il serait inquiètant que pour la troisième année consécutive on assiste à une nouvelle baisse des remontées. En effet, la question serait alors posée ; les populations de castillons vont elles suivre le même chemin que celle du « grand frère de plusieurs hivers de mer » ?

Alose : remontées en baisse très nette par rapport aux deux années précédentes qui étaient déjà en baisse par rapport à 2004, 2005, 2006. Même tendance sur les autres fleuves côtiers. Sur l’ELORN, à ce jour, 10 fois moins de migrateurs (6 poissons /60 en 2009) La fraîcheur de l’eau explique peut être un certain retard de la migration 2010. A suivre.

Truite : la tendance des 3 années précédentes se confirme, à savoir la capture de belles, voir très belles fario (40 cm et + !). Ceci dit, les conditions climatiques de ces dernières semaines n’incitent pas dame fario à l’activité.

Lac du DRENNEC : Saison correcte jusqu’à présent. Signalons la capture de deux farios de plus de deux kilos. Moins plaisant : le temps clair et sec se traduit à nouveau par le retour d’algues filamenteuses peu ragoûtantes. Pour le moment, le phénomène est heureusement moins marqué que l’an dernier. A suivre au plus près. Nous contactons à nouveau le syndicat de bassin pour tenter d’obtenir des précisions techniques précises sur cette situation anormale.